Le coaching, ça fonctionne ! Voilà pourquoi …

Le coaching est une pratique, une discipline, un art … encore bien mal connu en France. Il faut dire que les médias n’aident pas vraiment les coachs à faire comprendre ce qu’ils font vraiment. Nous, les coachs, nous ne sommes ni Valérie Damidot, ni Cristina Cordula, ni SuperNanny. Nous ne donnons pas de conseils, pas de leçons. Nous ne sommes pas non plus des thérapeutes. Alors, pourquoi se faire coacher ?

Notre pratique de coach consiste à « accompagner un client ou une organisation dans la définition et l’atteinte de ses objectifs personnels ou professionnels. »

Le coach est un accompagnateur, pas un guide

leboncheminLa nuance est de taille. Le coach, s’il peut se reposer sur une expérience certaine (le coaching est un métier de seconde partie de vie), et peut à l’occasion proposer des pistes de recherche à son client, ne lui montre pas un chemin tout tracé. Son rôle est d’amener son client à se poser les questions qui lui permettront d’avancer, et parfois de lui rappeler où il a dit qu’il souhaitait aller.

Son questionnement est toujours bienveillant, dans le sens étymologique du terme de celui qui « veut du bien » : pas béni oui-oui, le coach est aussi là pour recadrer celui qu’il accompagne, parce que ce qu’il veut, c’est que son client atteigne ses objectifs.

Bien sûr, il est aussi bienveillant dans le sens où il est neutre, et en aucun cas ne juge son client. Il est aussi tenu par la confidentialité des échanges indispensable au coaching.

Le coaching fonctionne donc pour une bonne partie grâce à la bulle de liberté que crée le temps de la séance. Bulle de liberté dans laquelle peuvent émerger des solutions qu’on n’imaginait pas auparavant, ou qu’on ne s’autorisait pas à explorer.

Le coach a des clients, pas des patients

La définition du coaching parle bien de client, pas de patient. C’est essentiel : le client du coach n’est pas une personne mal portante, qui aurait besoin de soins et resterait passive (la racine de passif est la même que celle de patient …). Non, le client du coach est une personne volontaire, responsable de ses actes, active dans le déroulement du coaching. Les solutions qu’il met en place, les résultats qu’il obtient, ce sont les siens !

poignee-de-mains

Le coach n’est donc pas un thérapeute, et ne se place pas en détenteur d’un pouvoir de guérison : quand vous faites appel à un coach, le coach vous considère comme son égal, et devient votre partenaire, pas votre soignant. Il peut vous encourager, vous aiguillonner, vous pousser dans vos retranchements, mais il ne prendra pas de décisions pour vous, et ne fera pas à votre place. En d’autres termes, il vous aidera à prendre vos responsabilités.

Le coach est tourné vers l’avenir, pas vers le passé

Souvent le client du coach a déjà une bonne idée du comment et du pourquoi il en est arrivé où il est. S’appesantir sur les causes du problème n’est pas l’objet du coaching. Même si ces causes auront parfois à être évoquées, leur recherche n’est pas vraiment à l’ordre du jour (pour cela, allez voir un psychanalyste … il pourra vous garder pendant des années, à vous laisser explorer votre passé, sans se préoccuper de votre présent et encore moins de votre avenir).

Non, ce qui intéresse votre coach, c’est de vous aider à créer votre propre avenir, dans le respect de qui vous êtes profondément, de vos valeurs, de vos besoins, de vos limites.

Le coaching vise aussi une autonomisation rapide du client : un coaching doit se clore en une dizaine de séances (huit en moyenne), et rendre le client autonome, capable de résoudre seul des problèmes similaires à l’avenir.

Le coach est tourné vers l’action

Enfin, le coach est tourné vers l’action.

Après une première phase nécessaire d’état des lieux, le coaching se tourne vers la définition d’un objectif précis, selon le protocole SMART, et un peu plus encore : on vise aussi l’alignement de la personne avec ses valeurs profondes, son équilibre personnel au-delà de la réalisation d’objectifs opérationnels.

SMART

Une fois cet objectif fixé, le coaching passe par la mise en place d’un plan d’action, et par son suivi, d’abord à l’occasion des séances, puis en autonomie.

En bref, si le coaching fonctionne si bien, c’est parce qu’il :

  • vous met en position d’agir, de prendre vos responsabilités
  • vous libère
  • vous aide à aller de l’avant

 

 

Laisser un commentaire