Quand le corps commande à l’esprit

Il est bien connu que les maux du corps reflètent bien souvent les maux de l’esprit. L’exemple le plus connu de ce phénomène est celui des effets physiques du stress chronique :accélération du vieillissement, déficits nutritionnels et immunitaires, ulcères, douleurs aiguës ou chroniques, migraines, etc. et aggravation de maladies graves comme le diabète ou le cancer. Mais si ce lien entre corps et esprit pouvait avoir aussi un effet bénéfique ?

Le coach, parce qu’il est occidental et qu’il baigne dans une culture où l’esprit et la réflexion sont rois, et sont souvent déconnectés de l’expérience physique, peut avoir tendance à oublier de s’adresser à ses clients dans leur intégralité. Et c’est sans doute dommage.

Les bienfaits de l’activité physique sur le bien-être psychique

Nous savons tous que faire du sport est bon pour a santé … physique. On sait moins que l’activité physique est aussi très bonne pour le moral. Pourtant, en agissant sur le système nerveux et endocrinien, l’activité du corps apaise, avant de devenir euphorisante grâce aux endorphines. Si bien qu’on peut devenir « accro » au sport et aux sensations qu’il apporte par l’intermédiaire des endorphines (pour tous les sports demandant un effort soutenu)  et de l’adrénaline (pour les sports extrêmes). Des exercices d’intensité moyenne, eux, permettront de synthétiser de la sérotonine et de la dopamine, des antidépresseurs tout à fait naturels.

Et c’est sans compter l’amélioration de l’image de soi, donc de son estime de soi, à voir son corps s’affûter, ni le gain de confiance en soi qu’on acquiert en progressant dans les exercices et objectifs qu’on se fixe !

Quand respirer fait du bien à l’âme

Petit point étymologique : le mot âme vient du latin anima, le souffle, le vent. Et c’est assez transparent : le même mot a donné animé, animation, animal. Bref, l’âme est liée à la respiration et au mouvement.

Un des outils les plus accessibles pour agir avec son corps sur son état d’esprit est la respiration. Tentez donc ce petit exercice très simple : inspirez par le nez sur 4 battements de votre coeur, bloquez pendant 4 battements, expirez par la bouche sur 4 battements, bloquez sur 4 battements. Recommencez, disons une dizaine de fois. Progressivement, vos battements cardiaques vont ralentir, d’une part, et d’autre part, vous allez devenir de plus en plus calme intérieurement. Cet exercice tout simple est particulièrement utile quand on a du mal à « éteindre son cerveau » pour dormir ! Mais vous pouvez aussi l’utiliser quand vous avez besoin de « faire descendre la pression ».

Esprit-sain-Corps-Sain

Reconnecter corps et esprit avec la sophrologie

La sophrologie – qui vise étymologiquement l’harmonie de l’âme – utilise beaucoup la respiration, mais permet d’aller plus loin dans la reconnexion entre le corps et l’esprit, en apprenant au pratiquant à mieux habiter son corps, pour aller progressivement vers un niveau de conscience supérieur, harmonieux et lucide. Si le coach ne peut s’improviser sophrologue, un coach initié à la sophrologie sera apte à proposer des exercices simples et à orienter vers un spécialiste si son client en fait la demande.

Jouer à être ce qu’on veut devenir, pour changer

Parmi les autres techniques sur lesquelles le coach peut s’appuyer, celles du théâtre sont aussi précieuses. S’exercer à paraître sûr de soi, confiant, ouvert, … en jouant de sa posture, de sa voix, de son regard, c’est commencer à le devenir. En le jouant, on le ressent, et en le reproduisant, on le devient. Ce qui était un jeu devient une nature … pour peu qu’un travail de coaching « classique » accompagne ces exercices  !

Car le coach ne doit pas oublier quelle est sa spécialité … mais avec un peu de curiosité, il peut nourrir sa pratique de connaissances hors de son cadre habituel, ainsi que de nombreuses techniques, au bénéfice de ses clients.

 

Laisser un commentaire