Lutter contre la procrastination : modifier son dialogue intérieur

This entry is part 3 of 4 in the series Procrastination

Savoir s’organiser est un atout pour lutter contre la procrastination. Mais parfois, ça ne suffit pas, car on se donne beaucoup de bonnes raisons de remettre au lendemain, et toujours plus tard, ce qu’on devrait faire maintenant. On a beau le savoir, on retombe toujours dans le même travers, alors même qu’on sait que « plus tard » ressemble comme un frère à « jamais ». Que faire alors ? Il faut changer les discours que l’on se tient, car discours intérieur et procrastination sont intimement liés.

Changer la façon dont on se considère

  1. On arrête de se dire « je suis un procrastinateur / une procrastinatrice ». Se flageller ne sert à rien, et entretient le phénomène. Vous voulez être une personne fiable, qui fait les choses en temps et en heure ? Eh bien, dites-vous que c’est ce que vous êtes désormais : « je suis une personne fiable et efficace ». La méthode Coué, ça marche vraiment !
  2. Bizarrement, et je sais que c’est très contre-intuitif, une étude a montré que l’on se mettait plus facilement au travail quand on se demandait si on allait le faire, que quand on se disait qu’on allait le faire. Donc, remplacez : « Je vais repasser le linge » par « Est-ce que je vais repasser le linge ? » (oui, bien sûr !)
  3. Soyez honnête avec vous-même, et sachez reconnaître que vos raisons ne sont que des excuses. Et verbalisez-le. Rappelez-vous que vous n’êtes plus un procrastinateur, mais quelqu’un de fiable !

Supprimer le « plus tard »

  1. discours intérieur et procrastinationVous n’avez pas le temps de finir, alors ça ne sert à rien de commencer ? Non, ça, c’est fini. Demandez-vous plutôt : « Qu’est-ce que je peux faire, maintenant ? ». Même si vous ne réalisez qu’une partie du projet, vous aurez avancé.
  2. La méthode du « si … alors … » est aussi efficace. On retrouve les méthodes de planification évoquées dans la page précédente : « Si on est lundi à 18h00, alors je vais faire une demi-heure de marche active ». C’est comme ça, et pas autrement. Comme dans un programme informatique : vous vous programmez pour faire les choses. Bien sûr, à vous de déterminer le meilleur programme !

Renoncer à la perfection

Combien de fois avez-vous reporté quelque chose en vous disant que vous n’y arriveriez pas, pas parfaitement ? Mais finalement, ne rien faire du tout vaut-il mieux que faire les choses de manière imparfaite ?  On vous pardonnera (et vous vous pardonnerez) plus facilement une erreur que de n’avoir rien fait du tout !!! Le perfectionnisme se combat par l’action et l’expérience : c’est en vous confrontant à votre nécessaire imperfection que vous verrez que vous êtes largement « assez bien ».

Series Navigation<< Lutter contre la procrastination : s’organiserEncore des trucs contre la procrastination >>
 

Laisser un commentaire