La procrastination, ce mal qui vous coûte

This entry is part 1 of 4 in the series Procrastination

« Pas le temps ce soir », « Trop fatigué-e aujourd’hui pour m’y mettre », « C’est bon, ça attend depuis un mois, alors un jour de plus … » Vous êtes peut-être ce ceux et de celles qui se font souvent ce genre de réflexions et ont l’habitude de remettre les tâches désagréables, pénibles ou intimidantes au lendemain. Si vous êtes sur cette page, c’est même probable. À moins que ce soit un-e de vos proches qui en soit atteint-e. Le phénomène est courant. Mais quel est le coût de la procrastination ?

Le coût financier

Tout d’abord, et très prosaïquement, procrastiner risque de vous attirer les foudres de votre banquier et des administrations. Déclarations d’impôts, amendes à payer, factures majorées … Remettre au lendemain n’a rien d’anodin dans un monde où les délais ne sont pas toujours extensibles, et où les rouages des grandes organisations ne font pas de sentiment. Parfois, vous pourrez rattraper votre « oubli », mais au prix d’efforts et d’une perte de temps bien plus importants que si vous aviez fait ce que vous aviez à faire dans les temps.

Le coût social et relationnel

Votre procrastination peut aussi affecter vos relations sociales : remettre sans cesse un coup de fil amical jusqu’à se demander si appeler maintenant, ce n’est pas trop tard, et ne plus oser appeler, ce n’est pas une expérience agréable. Remettre sans cesse le moment de rendre une invitation risque aussi réellement d’abîmer vos relations. Bref : la réciprocité n’admet pas une procrastination perpétuelle ! Et ne parlons pas des disputes domestiques liées aux tâches sans cesse repoussées … Si vous tenez à une relation, il va falloir faire quelques efforts !

Le coût de la procrastination

Le coût de la procrastination à la maison

Le coût psychique

C’est sans doute le plus important : se voir comme un procrastinateur ou une procrastinatrice n’est pas valorisant. Qu’associons-nous généralement à la procrastination ? la fainéantise, le manque d’énergie, de volonté, la passivité … Pas vraiment excellent pour l’estime de soi, tout ça. Et ne serait-ce que pour ça, lutter contre sa procrastination est essentiel.

Mais par où commencer ?

C’est bien le problème ! Car la procrastination est comme tout ce à quoi vous renoncez de vous mettre là-maintenant-tout-de-suite : un problème complexe qui semble insurmontable de premier abord … Heureusement, il y a des solutions !

Series NavigationLutter contre la procrastination : s’organiser >>
 

Laisser un commentaire