Aujourd’hui, c’est la journée internationale du bonheur !

Encore une journée internationale !!!  Mais celle-ci est fixée par l’ONU, qui considère que « la poursuite du bonheur est un objectif fondamental de l’être humain ». Comme l’ONU est une institution on ne peut plus sérieuse, il lui fallait définir le bonheur sérieusement.logo de la journée internationale du bonheur

« Le bien-être social, économique et environnemental sont indissociables. Ensemble, ils définissent le bonheur brut mondial. » (Ban Ki-Moon)

Il y a des indicateurs chiffrés pour tout cela, et on peut même établir un classement mondial du bonheur par pays. On apprend ainsi que les plus heureux sont les Danois, et que les plus malheureux sont les Syriens et les Burundais. Seulement, les taux de suicide ne nous racontent pas la même histoire, et là, les pays industrialisés font la course du malheur en tête … D’ailleurs, les Danois se retrouvent dans le peloton de queue (27e en partant de la fin). Bref : les conditions de vie ne font pas le bonheur. Ou peut-être aussi a-t-on d’autres chats à fouetter que se pencher sur son bien-être psychologique quand on lutte au quotidien pour sa survie ? C’est aussi une hypothèse plausible.

Toujours est-il que l’injonction d’être heureux est très présente dans nos contrées privilégiées. Il FAUT être heureux, et celui qui ne l’est pas est doublement malheureux. Non seulement il n’est pas bien dans sa vie, mais en plus, il peut culpabiliser. Après tout, de quoi se plaint-il ? Certains sont tellement plus malheureux que lui !

Et puis, il y a ces gens qui semblent accumuler les ennuis personnels et professionnels, et qui semblent heureux malgré tout … Mais comment font-ils ? Et si le bonheur dépendait d’autre chose que des conditions dans lesquelles on vit et de son environnement ?

Le Larousse définit le bonheur comme un « état de complète satisfaction ». Mais quelles aspirations faut-il satisfaire pour atteindre le bonheur ? Cela, c’est l’affaire de chacun. Mais le dicton populaire n’a pas tort quand il affirme que l’argent ne fait pas le bonheur. Très rares sont ceux, finalement, pour qui cette aspiration est essentielle, et encore plus rares ceux qui parmi eux sont capables, un jour, de définir la somme suffisant à leur plénitude !

Il s’agit encore une fois d’une histoire de valeurs et d’alignement. Alors aujourd’hui, je vous fais un petit cadeau : je vais vous aider à définir les valeurs qui comptent vraiment pour vous.

Vous allez commencer par télécharger ce tableau : Liste des valeurs

Puis :

  • Lisez très rapidement  la liste des 123 valeurs et sélectionnez spontanément les 10 qui comptent le plus pour vous.
  • Ensuite, classez-les entre elles. Pour cela, le plus simple est de les comparer deux à deux (valeur 1 / valeur 2, valeur 1 / valeur 3, valeur 1 / valeur 4 ….. valeur 1/ valeur 10, puis recommencez avec la valeur 2 / valeur 3, etc.) , en attribuant un point à celle qui vous semble la plus importante dans chaque confrontation. À la fin, il suffit de compter les points obtenus par chaque valeur pour repérer les trois plus importantes.

Maintenant, vous savez quelles valeurs vous allez devoir nourrir pour avancer dans votre légitime quête du bonheur !

 

 

Laisser un commentaire