Mieux vivre avec son passé

Si vous avez des mauvais souvenirs qui se rappellent à vous régulièrement et vous empêchent d’avancer, cet article est pour vous. On vous a peut-être dit de « passer à autre chose », de vous en détacher, mais vous n’y parvenez pas. Simplement, vous n’avez peut-être pas appris comment faire. Car se détacher de ses souvenirs les plus désagréables, comme investir les plus agréables, cela dépend bien d’une action volontaire, qui est à la portée de chacun-e d’entre nous : le passage en « mode dissocié » (dissociation) ou en « mode associé », selon l’effet qu’on souhaite obtenir.

Mode associé, mode dissocié ? Mais qu’est-ce que c’est ?

On peut, schématiquement, appréhender un souvenir de deux manières :

  • En mode associé, on revit le souvenir comme on a vécu l’expérience elle-même : on revoit, on ressent les choses comme au premier jour, à la première personne, en se replongeant dedans. Selon les personnes et selon son mode d’évocation privilégié, on peut re-voir, re-sentir, ré-entendre, etc. ce qu’on a vu, senti, entendu … lorsqu’on a vécu l’expérience elle-même. Et revivre les mêmes sensations et les mêmes émotions. Dans le cadre d’un bon souvenir, c’est tout à fait plaisant et utile ; mais si l’expérience était désagréable, voire traumatisante, on s’inflige alors une torture inutile.
  • En mode dissocié, on prend du recul, on s’observe vivre la scène, en spectateur et non plus en acteur, avec un point de vue neutre. Certains d’entre nous le font naturellement (mais parfois à contretemps) ; pour d’autres, cela demande un apprentissage et de l’entraînement. Cela permet de prendre ce « recul » dont on vous parle souvent, de tirer calmement les leçons de l’expérience désagréable qu’on a vécue, et de passer à autre chose.

137829

Comment passer en mode dissocié ?

Il existe plusieurs façons de le faire, et vous pouvez adapter les explications suivantes à vos goûts personnels.

Évoquez un souvenir plutôt désagréable, qui vous émeut encore (soyez raisonnable, ne commencez pas, seul-e, par un souvenir traumatique). Vous vous imaginez sans doute revivre cette scène, cette expérience désagréable.

Maintenant, vous allez sortir de votre corps, et observer la scène de l’extérieur. Vous vous éloignez de plus en plus de votre personnage. Vous vous dissociez de votre image. Pour faciliter la prise de recul, vous pouvez vous éloigner encore davantage, pratiquer des effets cinématographiques de plongée, zoom, dé-zoom, .. , modifier la luminosité de la scène, les couleurs, la voix des personnages (faites-vous plaisir, s’il s’agit d’une confrontation désagréable, affublez votre antagoniste de la voix de Donald !).

Désormais, lorsque vous évoquerez ce souvenir, il vous touchera beaucoup moins qu’auparavant.

On peut aussi passer en mode dissocié au moment de vivre l’expérience. C’est un moyen de se protéger d’expériences désagréables et même traumatisantes. Lorsque vous souffrez, par exemple, vous pouvez vous observer en train de souffrir. C’est nettement moins douloureux. Et lorsque vous vous remémorerez ce moment, vous serez immédiatement en mode dissocié, ce qui sera plus facile à gérer. Il en va de même dans les situations de stress, par exemple en situation d’examen. Si vous sentez la peur vous submerger, vous pouvez passer rapidement en mode dissocié pour reprendre le contrôle de la situation.

Faire le bon choix

Attention toutefois à ne pas utiliser la dissociation n’importe quand ! Certains ont tendance à vivre en mode dissocié, pour éviter d’avoir à se confronter à des émotions et se protéger ainsi de l’éruption de souvenirs désagréables. Ce qui les coupe aussi bien des émotions positives, qui sont indispensables à notre bien-être et à notre santé (en produisant de la dopamine par exemple), que des émotions désagréables.

Il est essentiel de s’autoriser à vivre pleinement ses moments de joie, sans recul. Peut-être est-ce plus facile de le faire quand on sait qu’il sera possible de passer en mode dissocié et de recadrer a posteriori les souvenirs désagréables ?

Car il est plus facile de se dissocier d’un souvenir qu’on a vécu en mode associé, que l’inverse.

Quand la dissociation permet de guérir

Enfin, sachez que si vous êtes confronté-e à une / des phobie(s), ou à un stress post-traumatique, un praticien PNL peut utiliser des techniques de dissociation (technique « Rewind » ou « dissociation VK ») pour vous aider à vous en débarrasser très rapidement.

 

Laisser un commentaire