« Commence déjà par être l’ami de toi-même. Tu ne seras jamais seul. » (Sénèque)

Comment cette citation de Sénèque peut-elle être comprise ? Que peut-elle VOUS apporter au quotidien ? Et comment devenir son meilleur ami ?

Etablir un dialogue avec soi-même

(c) Francine Van Hove

Tout d’abord, il faut bien comprendre ce qu’est un ami. Un véritable ami vous aime sans condition, et vous accepte avec vos qualités et vos défauts. Être son propre ami, c’est donc déjà, et en premier lieu, s’estimer. Ensuite, un ami vous écoute et vous conseille avec bienveillance.

Attention d’ailleurs à ce mot : la bienveillance, ce n’est pas une gentillesse un peu niaise, un peu molle. Non : être bienveillant, c’est vouloir le bien de l’autre. Une écoute bienveillante comprend, ne juge pas, n’est pas condescendante. Le conseil bienveillant, lui, ne s’impose pas à l’autre, et ne vise que son bien.

Bref, un ami, c’est quelqu’un avec qui s’instaure un dialogue plein de respect et d’affection. Être son propre ami, c’est donc instaurer cette relation avec soi-même. Mais il est parfois plus compliqué d’être respectueux et bienveillant envers soi-même qu’envers un ami.

Alors, comment devenir son meilleur ami ?

Voilà un beau programme. Comment procéder ?

D’abord, il s’agit de nourrir au mieux son estime de soi, aussi souvent que possible.

Ensuite, il faut agir avec soi-même comme on le ferait avec son meilleur ami : s’écouter, prendre soin de sa santé, être attentif aux dangers qui guettent, …

On peut aussi avec profit se décentrer un peu. Face à une situation difficile, un moment de découragement, se poser la question suivante : « Et si ton meilleur ami était dans cette situation, que penserais-tu ? que lui souhaiterais-tu ? quel conseil bienveillant pourrais-tu lui donner ? » Ces simples questions permettent souvent de voir les choses autrement, et de dénouer les problèmes.

Et enfin, pourquoi pas, dialoguer avec soi-même, écouter ses différentes voix intérieures, qui reflètent les différentes facettes de sa personnalité ? Les laisser s’exprimer librement dans son dialogue intérieur est un moyen de mieux se connaître et de mieux s’aimer très puissant.

S’entraîner au dialogue bienveillant avec soi-même

Et si dans un carnet, ou dans votre Bullet Journal, vous vous livriez au petit exercice qui suit ?

Séparez une page en deux colonnes. Dans la première colonne,  vous déposerez vos mauvais moments, vos sujets d’agacement, vos déceptions, … En réponse, dans la seconde colonne, vous y réagirez comme vous le feriez si c’était votre meilleur ami qui vous les confiait. N’hésitez pas à mettre de la couleur dans votre dialogue auto-amical.

Par exemple :

Ce qui m’ennuie, m’attriste, m’inquiète … Ce que je me dis, au titre de meilleur-e ami-e
Je n’ai encore pas fait tout ce que j’avais prévu aujourd’hui. (si vous en avez besoin, jetez là tous vos ressentis à l’égard de ce fait : découragement, déception …) Tu avais fixé la barre très haut, il n’y avait pas de place pour l’imprévu. Et l’imprévu, tu l’as très bien géré ! Tu devrais quand même penser à t’économiser un peu. N’oublie pas : certaines choses sont plus importantes que d’autres. Trouve tes priorités à toi, et concentre-toi là-dessus plutôt que vouloir tout faire.

 

Au début, faites cela chaque jour, pendant deux ou trois semaines, le temps de trouver ce regard bienveillant sur vous-même et de « l’automatiser ». Vous pourrez reprendre votre exercice au besoin, quand vous aurez besoin d’un support papier pour y voir plus clair.

 

 

Laisser un commentaire