Changer de boulot ? Profitez des vacances pour faire le point

C’est l’été, les vacances, et vous pouvez enfin souffler un peu. Ces derniers temps, vous vous disiez que votre emploi commençait à vous peser … Fatigue normale après une année de labeur, ou besoin réel de changer ? Et pourquoi ne pas profiter des vacances pour faire le point ? Passons en revue les différents points à examiner avant de décider de changer de boulot … ou d’effectuer des ajustements.

Les questions à se poser si on pense à changer de job

1. Est-ce que ce travail correspond (encore) à vos aspirations ?

C’est bien sûr la première question à se poser. De quoi avez-vous envie professionnellement ? Le trouvez-vous dans votre emploi actuel ? Si vous avez besoin de défis et de découvertes, et que votre travail s’avère routinier (et inversement !), si vous recherchez le contact humain et que votre situation professionnelle est plutôt solitaire, etc.  il y a fort à parier que vous ne vous sentiez pas à l’aise à votre poste. Il y a matière à réflexion, et une évolution professionnelle serait sans doute une bonne chose. Cela ne signifie pas nécessairement toutefois que vous ayez besoin de poser votre démission en urgence ! En revanche, prendre un rendez-vous avec les RH (ou la personne en charge selon la structure de l’entreprise) est une bonne idée.

2. Les valeurs de votre entreprise sont-elles en accord avec les vôtres ?

Si votre gêne tient plutôt à un désaccord avec les valeurs de l’entreprise ou de l’équipe dans laquelle vous évoluez, la situation est plus délicate. Devoir agir quotidiennement en étant en dissonance cognitive avec ses valeurs profondes peut s’avérer très destructeur. Si le désaccord n’est lié qu’à l’équipe, un changement d’équipe peut peut-être s’envisager. Si en revanche, toute l’entreprise porte des valeurs incompatibles avec les vôtres, rechercher un autre emploi, dans une autre entreprise et peut-être dans un autre secteur d’activité, peut s’imposer.

3. Votre travail est-il d’un ennui mortel ?

On parle beaucoup de burn-out, mais le bore-out (épuisement professionnel par ennui et désœuvrement) touche autant de monde, et peut avoir les mêmes conséquences physiques et psychiques. Si vous passez vos journées à chercher à vous occuper, si vous sentez que la déprime vous gagne à force de passer votre temps professionnel à attendre qu’il se passe quelque chose, la question ne se pose pas : sauvez-vous, dans tous les sens du terme ! En d’autres termes, il est temps de monter un autre projet professionnel, et de trouver un endroit où vos compétences seront mises à profit.

4. Avez-vous l’occasion d’exploiter votre potentiel dans ce travail ?

Si vous êtes surqualifié(e) pour le poste que vous occupez actuellement, ou qu’on vous occupe à des tâches trop simples pour vous, il est tout à fait possible que cela vous pèse. À vous de voir si une évolution interne est possible, ou non, dans votre entreprise … Quelles y sont les pratiques habituelles ? L’entreprise (direction, RH) favorise-t-elle les recrutements internes ou externes ? Si c’est le cas, demandez un rendez-vous au responsable RH à la rentrée. Et sinon … commencez à chercher ailleurs.

5 .Vous sentez-vous reconnu dans votre poste ?

Nous avons tous besoin de marques de reconnaissance pour vivre. La reconnaissance peut s’exprimer sous plusieurs formes dans le monde de l’entreprise : la reconnaissance humaine et professionnelle au quotidien, les remerciements et félicitations pour le travail effectué, les promotions, les marques financières de reconnaissance (augmentation, primes …). Difficile de tenir si on ne reçoit aucune marque de reconnaissance positive, ou des marques de reconnaissance insuffisantes, ou sous une forme insatisfaisante pour soi. Et encore plus difficile si on observe ses collègues qui en reçoivent. L’estime de soi peut en être gravement atteinte, et réfléchir à un changement s’impose.

6. Vos compétences sont-elles surexploitées ?

Parfois, on est aussi trop bien reconnu, et on devient considéré comme une ressource essentielle et inépuisable. Sauf qu’inépuisable n’est pas humain, et qu’on finit nécessairement par s’épuiser. Le burn-out, qui est une maladie de gens compétents et travailleurs, n’est pas loin, et vous n’en avez pas forcément conscience dans le feu de l’action. Pendant les vacances, vous allez mieux, vous récupérez un peu, mais l’idée de reprendre le travail vous angoisse, alors même que vous adorez votre job … Dans ce cas, il n’est pas forcément nécessaire de changer de travail (disons que ça se discute, en fonction du reste du tableau), mais il est indispensable de travailler sur votre rapport à votre travail et à vos collègues et supérieurs hiérarchiques.

7. L’ambiance vous convient-elle ?

Une mauvaise ambiance de travail peut devenir très vite pesante. Après tout, on passe 1500 heures en moyenne au travail chaque année (un tiers de notre temps d’éveil). Cela joue sur les nerfs de tout le monde, et a peu de chance de s’améliorer de soi-même. Si vous managez l’équipe, si vous avez un pouvoir de décision suffisant dans l’entreprise, vous pouvez peut-être demander un coaching d’équipe pour agir sur la situation ? Sinon, il faudra examiner le rapport bénéfice-risque : rester ou partir ? Est-ce vraiment mieux ailleurs ? Certains secteurs d’activité sont particulièrement « durs » et trouver un poste équivalent ailleurs peut revenir à tomber de Charybde en Scylla. Sondez un peu votre réseau pour vous faire une idée de la situation dans d’autres entreprises où vous pourriez postuler.

changer de boulot

Non mais vraiment, il faut que ça change …

Vous avez identifié où ça coince, et vous ne voulez pas continuer comme ça. D’accord. Mais changer de boulot est-il LA solution ? Dans ces temps d’incertitude sur le marché de l’emploi, vous cherchez peut-être une autre solution ? Ou le courage de partir ?

Quels ajustements pouvez-VOUS faire pour que la situation s’améliore ?

Il est possible que la solution vous appartienne entièrement : si votre travail vous plaît, que vous pouvez trouver à vous y épanouir davantage au prix de quelques ajustements personnels en termes de comportement ou d’attitude, cela vaut le coup d’être tenté. Parfois, cela demande un travail sur soi, de développement personnel, pour être plus à l’aise avec soi-même et donc avec les autres. Et si votre bonheur professionnel passait par une meilleure estime de soi et une meilleure assertivité ? Et si, finalement, il était temps de devenir pleinement vous-même ?

Est-il possible d’évoluer professionnellement au sein de votre entreprise ?

Parfois, ce qu’il vous faut, c’est simplement évoluer dans votre entreprise : que vous ayez besoin de changement ou de reconnaissance, cela est peut-être possible sans avoir à engager des démarches auxquelles vous n’êtes pas forcément prêt(e). Montrez-vous intéressé(e) par une évolution professionnelle, rapprochez-vous de votre direction RH pour voir s’il y aura des opportunités à saisir dans les mois à venir.

Changer d’entreprise, changer de secteur, changer de métier ?

Si, décidément, vous ne voyez pas comment la situation pourrait s’améliorer dans cette entreprise, dans ce secteur ou même dans ce métier, si vous ne vous y sentez vraiment plus à votre place, si vous en souffrez profondément, il est sans doute temps de cesser de subir, et de vous dire que le changement, c’est maintenant. Toutefois, ne foncez pas tête baissée, et ne posez pas votre démission sans avoir réfléchi à un projet au préalable

Pour monter ce projet, pourquoi ne pas commencer par un bilan de compétences et/ou un coaching ? Trouver le courage de partir est nettement plus simple quand on sait où l’on va !

 

 

Laisser un commentaire