Le bore out, un ennui mortel …

Des heures passées chaque jour au travail à ne rien faire, l’isolement professionnel qui gagne, des tâches répétitives, sans enjeu, perçues comme inutiles, des missions pour lesquelles vous êtes largement surqualifié-e … le moral qui baisse, des maux de têtes, des douleurs abdominales, une fatigue permanente, des troubles du sommeil. Vous êtes peut-être sur la pente qui vous conduit au bore out.

Si le burn out bénéficie aujourd’hui d’une meilleure reconnaissance sociale, et peut-être dans les temps à venir, d’une reconnaissance officielle, il est loin d’en être de même pour le bore out, ou « syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui ». Pourtant, ses conséquences n’en sont pas moins graves ! Le point sur le bore out, ses manifestations, ses risques, et les mesures à prendre quand on est concerné.

Être payé à ne rien faire, une malédiction

le bore out : des symptômes identiques à ceux du stress

Le bore out : des symptômes identiques à ceux du stress

Il est difficile, socialement, de se plaindre de s’ennuyer au travail. Par les temps qui courent, qui a un travail devrait être satisfait. Pourtant, quand pour une raison ou une autre, le désœuvrement et l’ennui s’installent au travail, le mal-être gagne rapidement : oisiveté, solitude, confrontation à soi-même, sentiment d’inutilité, baisse d’estime de soi, … la liste des maux est longue. Avec le temps, les troubles psychosomatiques s’imposent, semblables à ceux créés par le stress. Jusqu’à ce que la dépression s’installe.

Pour échapper à la frustration, on peut être tenté de mettre en place des stratégies de défense, comme par exemple simuler l’activité pour ne plus recevoir de nouvelles tâches aussi ennuyeuses les unes que les autres, ou de faire durer le plus longtemps possible une tâche pour ne pas se retrouver sans rien à faire.

On se sent bien souvent empêché d’en parler, car on culpabilise d’être « payé à ne rien faire », on craint de passer pour un paresseux parce qu’on ne travaille pas – alors même qu’on ne demande pas mieux ! On reste la plupart du temps parce qu’on se sent piégé, incapable de trouver un autre emploi plus satisfaisant, épanouissant.

Que faire face à l’ennui ?

La réponse dépend à la fois de l’entreprise, de la hiérarchie, et de la personne qui s’y ennuie. Elle dépend aussi des facteurs particuliers ayant mené à cette situation. Les actions à mettre en oeuvre ne sont bien sûr pas les mêmes dans le cas d’une placardisation et dans celui où une entreprise doit faire face à une baisse d’activité massive, s’il s’agit d’une situation individuelle ou qui touche un collectif.

Du côté de l’entreprise

Une entreprise n’a aucun intérêt à voir ses collaborateurs s’ennuyer au travail : c’est au mieux une perte de talents déplorable, au pire un risque important pris sur la productivité et la réactivité de l’entreprise.

Le management doit être à l’écoute de ces problématiques d’ennui, et être capable d’aborder clairement, sans jugement, la question avec le(s) salarié(s) concerné(s). Le problème peut ressortir d’une question d’organisation, de méthodes de management inappropriées (flicage, règne des « petits chefs »), ou d’une inadéquation entre le profil d’un employé et le poste qu’il occupe. Tout le monde a à gagner à traiter la cause, quelle qu’elle soit. Un collaborateur qui s’ennuie pourra être très motivé et très bon dans un autre poste, ou avec des responsabilités ou une marge de manœuvre supplémentaires. Pensez « The right man in the right place ».

Du côté du salarié

Si les relations sociales dans l’entreprise le permettent, aborder la question avec la hiérarchie, dans un état d’esprit constructif, en proposant éventuellement des solutions réalistes, en apportant pourquoi pas un projet, en faisant preuve d’initiative est sans doute la meilleure solution.

Toutefois, ce n’est pas toujours possible. Dans ce cas, il y a des mesures à court et à moyen terme à mettre en place.

À court terme, il va falloir trouver comment combler l’ennui pour ne pas sombrer, et être très attentif à ne pas vous laisser submerger.

  • Occuper les temps d’inactivité au travail, en nourrissant ce qui a besoin de l’être : socialiser avec les collègues si vous avez l’impression de vous isoler, mener un projet personnel nourrissant votre besoin de stimulation intellectuelle (pourquoi ne pas apprendre une nouvelle langue par exemple ?), …
  • Vous aérer pendant vos pauses, en allant par exemple faire une petite marche dans un parc
  • Soigner votre vie personnelle : rencontrer très régulièrement votre famille, vos amis, pratiquer une activité sportive ou associative régulière : le lien social protège de la dépression.

À moyen terme, vous allez devoir envisager de changer de poste, d’entreprise, voire de métier si par exemple vous êtes dans une branche économiquement sinistrée. Pour cela, et selon votre situation personnelle, voici ce que vous pouvez faire :

  • Mettre à jour votre CV.
  • Activer votre réseau.
  • Entreprendre un coaching pour définir un nouveau projet professionnel.
  • Effectuer un bilan de compétences.

Vous pensez peut-être que vous ne pouvez pas quitter votre emploi … Malheureusement, si vous ne changez rien, la situation ne peut qu’empirer, et vous conduire à plus ou moins long terme à une dépression. Vous n’aurez fait que reculer pour mieux sauter, et vous y aurez perdu beaucoup d’énergie et de temps.

Trop tard : le bore out est devenu dépression caractérisée …

Si votre ennui professionnel vous a mené à l’épuisement et à la dépression caractérisée, la première chose à faire est de consulter votre médecin traitant, qui vous donnera probablement des antidépresseurs afin de rendre l’indispensable psychothérapie possible. Puis il vous indiquera un psychiatre, un psychologue clinicien, ou un psychologue du travail compétent pour votre problématique. Cette étape ne doit en aucun cas être sautée !

Une fois que vous aurez reconstruit une image acceptable de vous-même, il vous faudra envisager un changement de poste ou de métier. Je ne saurais trop vous recommander, à ce moment-là, de vous faire accompagner par un coach qui vous aidera à déterminer la meilleure solution pour vous.

 

Laisser un commentaire