« Je n’aime pas les compliments … »

Un compliment, et vous perdez vos moyens ? Vous avez le réflexe de minimiser vos mérites, voire de refuser tout à trac ces bonnes paroles, en prétextant que vous ne les méritez pas, ou moins qu’un-e autre ? Bref, vous êtes mal à l’aise quand il s’agit de recevoir et d’accepter les compliments. Et si vous appreniez ?

Un signe classique de manque d’estime de soi

S’estimer, c’est se connaître et s’aimer tel-le qu’on est, avec ses qualités et ses défauts. L’estime de soi est nourrie par la connaissance de soi, et les signes de reconnaissance de l’entourage.

Comme l’homme est un animal social, les signes de reconnaissance (ou « strokes » en Analyse Transactionnelle) lui sont vitaux. Il en existe des positifs (tels les compliments, les marques d’affection, …) et des négatifs (les reproches, les paroles blessantes …). Il est essentiel de comprendre deux règles simples :

  • Il vaut mieux recevoir des signes de reconnaissance négatifs que pas de signes de reconnaissance du tout.
  • Un seul signe de reconnaissance positif apporte la même énergie psychique que dix signes de reconnaissance négatifs.

Ainsi, quand on ne reçoit pas assez de signes de reconnaissance positifs, voire pas de signe de reconnaissance du tout, on court après les signes de reconnaissance négatifs en adoptant des comportements provocateurs par exemple, ce qui nourrit la mésestime de soi. Voilà un cercle vicieux qu’il faut absolument briser si on veut vivre une vie épanouie !

Et vous comprenez alors à quel point les compliments nous sont nécessaires : ce sont eux qui sont le plus à même de briser ce cercle vicieux. Or, si vous avez l’habitude de refuser les compliments, il y a des chances que les autres se découragent à vous en faire …

Choisir ses fréquentations pour s’aimer mieux

Un premier pas à faire pour recevoir plus de strokes positifs est de bien s’entourer : inutile de vous forcer à fréquenter des personnes « toxiques », qui ne vous renvoient que des signes de reconnaissance négatifs, par exemple. Mieux vaut s’en éloigner, et favoriser vos relations bienveillantes, en les nourrissant vous-même de bienveillance. Et faites-vous plaisir, en échangeant des compliments !

Mais si vous manquez aujourd’hui d’estime de soi, vous vous dites : « plus facile à dire qu’à faire ! ». Et je ne vous donnerai pas tort …

Comment accepter un compliment ?

Ce n’est pas facile, au début, quand on n’a pas l’habitude de les recevoir !

Alors, vous allez commencer par un simple « merci » souriant.

Inutile d’en rajouter dans un premier temps.

Si vous voulez ajouter quelque chose, vous pouvez :

  • Remercier du compliment, de manière un peu plus personnelle : « Je te remercie ! Ça me fait plaisir que tu l’aies remarqué », « Je suis content-e que ça te plaise »
  • Si c’est le cas, y associer des personnes qui vous ont (vraiment) aidé-e à réussir : « Merci ! Et merci de ton aide : ça aurait été moins facile sans toi … »

Ce que vous allez vous interdire de faire :

  • Ignorer ou refuser le compliment (c’est comme si vous refusiez un cadeau, ou un bouquet de fleurs … grossier, non ?)
  • Minimiser vos mérites : « Oh, vraiment, je n’ai pas de mérite, c’était vraiment facile » (imaginez que la personne en face, elle, se sente incapable de réussir ce que vous avez fait … vous vous rabaissez, et elle se sent encore plus rabaissée)

 

Mettez-vous à la place de votre interlocuteur

Imaginez que vous complimentiez sincèrement quelqu’un et que cette personne refuse le compliment. Qu’allez-vous penser ? Qu’elle ne fait pas confiance à votre jugement, qu’elle dénigre vos paroles ? Que vous l’importunez ? Qu’elle fait preuve de fausse modestie, ce qui est plutôt désagréable … ? En tout cas, il est fort probable que vous ne vous risquiez plus à la complimenter avant longtemps.

Mais si ces compliments ne sont pas sincères ?

Mais, si vous manquez d’estime de soi, vous pensez peut-être très sincèrement que vous ne méritez pas ces compliments ? Et peut-être imaginez-vous que votre complimenteur cherche à vous manipuler …

Mais pourtant, quand vous complimentez quelqu’un, vous êtes la plupart du temps sincère, n’est-ce pas ? Alors, pourquoi les autres ne le seraient-ils pas quand ils vous complimentent ? Bien sûr, les manipulateurs existent, je ne vais pas le nier. Mais vous avez tout intérêt à ne pas tenir compte de ce facteur. En effet, 8 à 9 fois sur 10, les compliments sont parfaitement sincères. Vous n’allez tout de même pas vous priver de 8 ou 9 compliments sincères, pour 1 ou 2 compliments intéressés ? Vous y perdez assurément.

Quant aux compliments intéressés, prenez-les avec naïveté ! Partez du principe que ceux qui les profèrent les pensent. Mais ne donnez en retour que si vous en avez vraiment envie, pas parce que vous vous y sentez obligé-e par un compliment ! Bref : cessez de calculer vos relations avec les autres, simplifiez-vous la vie !

Et ça commence par un simple « merci ! »

 

 

 

 

Laisser un commentaire